Le quotidien d'un directeur d'école

L'école vue de l'intérieur :les réflexions, au jour le jour, d'un directeur comme les autres dans une école comme les autres.

mercredi 11 octobre 2006

A Pâques ou à la trinité ?

Voilà revenu le temps de classes APAC. Comprendre les classes à parcours artistique et culturel.

Inventées par Jack Lang, lors de son deuxième passage au ministère de l’Education Nationale, elles perdurent ici et là. Elles sont maintenant à la discrétion des Inspecteurs d’académie qui peuvent disposer de ces budgets pour d’autres " nobles " causes.

Chez nous, elles sont toujours au programme. L’enveloppe s’est rétrécie mais nous en bénéficions depuis maintenant quatre ans sur notre école.

Le maximum donné est de 610 euros auxquels il faut ajouter une part équivalente de la municipalité qui peut être sous forme de valorisation de services. Par exemple le prêt d’un car pour une sortie.

Il faut bien entendu déposer un dossier assez conséquent. Celui-ci passer devant une commission qui décidera de son sort.

Je suis bien entendu en retard pour le dépôt de cette demande. Il faut dire que le début de l’année a été assez agité et que les priorités n’étaient pas celles-là.

Alerté par la conseillère pédagogique, j’ai tout de même décidé de le remplir in extremis.

Heureusement, tout le travail préalable avec les partenaires avait été accompli et il ne restait plus qu’à mettre en forme.

Tout de même un gros boulot. Que j’essayai de mener tant bien que mal tout en recevant les uns et les autres. Il est rare que cinq minutes s’écoulent dans ce bureau sans qu’il se passe quelque chose. Donc ce fut un mercredi matin bien occupé.

Evidemment, beaucoup de points ne rentraient pas dans les cases. Notre projet concerne toute l’école alors que la classe APAC n’est accordée que pour une classe. C’était presque le cas les années passées et cela ne semble pas avoir posé de problèmes. Croisons les doigts.

Ce qui est intéressant c’est que d’années en années, de plus en plus de classes s’investissent et que les partenariats vivent vraiment, chacun restant soi, associant le professionnalisme des intervenants et la pédagogie des enseignants.

Cette année, les partenaires sont encore plus nombreux et dans tous les domaines artistiques : musique, danse, théâtre, arts plastiques et bande dessinée.

Dommage, l’art ne figure plus dans les axes que l’on doit retenir pour les projets d’école. De même qu’il n’est est pas question dans le socle commun de connaissances.

Je ne sais plus qui a dit (Je cite de mémoire): " On peut vivre sans jamais aller au cinéma ou au théâtre ou écouter de la musique, ni lire un livre mais on vit beaucoup moins bien. "

Là où l’on vit déjà moins bien qu’ailleurs, c’est primordial.

Posté par danledir à 15:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    C'est étrange, j'aurais dit qu'il s'agissait des classes à PAC (projet artistiqtique et culturel), mais je l'avoue, je chipotte )

    Posté par doc_doc, lundi 16 octobre 2006 à 23:01

Poster un commentaire