Le quotidien d'un directeur d'école

L'école vue de l'intérieur :les réflexions, au jour le jour, d'un directeur comme les autres dans une école comme les autres.

mercredi 30 mai 2007

Démission des parents ou licenciement ?

Ce samedi matin, réunion prévue avec les parents des enfants en difficultés de CM2 comme nous l’avions prévu en conseil des maîtres.

L’une des mamans est assez en colère quand elle arrive, elle n’avait certainement pas bien écouté le message qui lui avait été adressé et pense que nous avons qualifié les enfants de " violents ". elle s’insurge contre cette qualification abusive, à raison d’ailleurs. Vérification faite, la voilà rassurée mais l’histoire est instructive. Il est vrai que le discours dominant met souvent en avant la démission des parents, ce qui est rarement le cas.

Sur les quinze familles convoquées, huit sont présentes en début de réunion et deux nous rejoindront en cours de route. Une est excusée. Il nous en manque tout de même quatre qui avaient pourtant promis de venir Ce qui est beaucoup. Rien d’étonnant tout de même, ce sont les familles avec lesquelles nous avons le plus de problèmes de communication. Il va nous falloir pourtant les rencontrer si nous voulons à la fois faire le point sur le dispositif de l’année et leur expliquer ce que nous attendons d’eux et de leurs enfants jusqu’à la fin de l’année.

Pour les parents présents, je pense que l’échange que nous avons eu leur a permis d’une part de dédramatiser et d’autre part de leur permettre d’accompagner leurs enfants jusqu’à la fin de leur scolarité primaire ainsi que de les alerter sur les risques encourus à l’entrée au collège.

Un débat intéressant a eu lieu sur la loi française qui interdirait de corriger les enfants et donc les laisserait démunis face aux problèmes posés, eux qui viennent souvent d’une culture dans laquelle les châtiments corporels font partie intégrante des méthodes d’éducation. Une maman nous a cité un exemple où un gamin menace d’appeler l’assistante sociale si la mère ne lui achète pas les baskets de marque qu’il désire ! On ne peut pas l’inventer... Peut-être une campagne pour une fois sur les devoirs de l’enfant.

Redonner de l’autorité aux parents, voilà un chantier intéressant. Quant aux enseignants, pour répondre au ministre, je ne crois pas qu’ils en manquent, à de rares exceptions près.

Ce n’est pas la pratique du vouvoiement – qui se fait couramment dans les classes de cycles III- qui changera quelque chose.

Posté par danledir à 10:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires

Poster un commentaire