Le quotidien d'un directeur d'école

L'école vue de l'intérieur :les réflexions, au jour le jour, d'un directeur comme les autres dans une école comme les autres.

mardi 30 octobre 2007

Les temps changent...

Ce dessin - je remercie Jack et son site : http://dangerecole.blogspot.com/

illustre parfaitement la situation que nous avons vécue la semaine dernière pour la sortie.Il se trouve que j'ai commencé à travailler dans les années 70...

Dans  une de nos classes de ce1, nous avons inscrit depuis la rentrée un enfant particulièrement difficile. En grandes difficultés scolaires mais aussi très violent, ne tenant compte d'aucune remarque et perturbant complètement la classe. Nous avons, l'enseignante et moi, rencontré la maman à plusieurs reprises. nous ne désespérons pas de voir le père un jour quoique son fils nous a déclaré que s'il venait à l'école, ce serait "le désastre". Il se targue également d'avoir l'accord de son père pour taper sur tout ce qui bouge et aussi sur ce qui ne bouge pas.

Vendredi dernier, il fut exclu de sa classe pour des problèmes de violence envers ses camarades qui se sont reproduits à plusieurs reprises dans la journée. Il n'était donc pas là pour fêter les anniversaires du mois écoulé comme cela se fait traditionnellement dans les classes du cycle II.

Alors que nous avions reçu longuement la maman la veille, elle n'hésita pas à revenir accompagnée cette fois de sa soeur pour nous dire tout le mal qu'elle pensait de notre façon de faire. Elle avait donc récupéré son enfant en pleurs et tint à nous signaler qu'elle avait immédiatement rééquilibré la situation en lui permettant de choisir ce qu'il voulait à la boulangerie... Son fils, déconcertant de franchise, lui ayant dit qu'il faisait seulement semblant de pleurer, ne l'empêcha pas de poursuivre ses reproches à notre égard. Il fallut presque trois quarts d'heure de discussion et un dérapage verbal de son enfant remettant fortement en cause mon autorité : "il n'a qu'à pas être directeur celui-là!" pour qu'enfin, elle finisse par admettre que son petit chéri avait peut-être forcé la dose.

Jusqu'à la prochaine...

Au fait, c'est quand le salaire au mérite ?

Posté par danledir à 10:05 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    bonjour,

    je vous comprends (s ou pas s ?), j'étais lycéenne dans les années 70.
    une anecdote : mon fils est en seconde. Chaque semaine, le professeur de sport de sa classe, accompagne les élèves à l'institut du judo. Il y a quelques semaines, durant le trajet, trois garçons de la classe, à la traîne, croisant deux policiers, ont insulté ces derniers (du genre "à mort les flics"). L'intervention du professeur leur a évité le commissariat (d'extrême justesse - ils avaient quand même insultés des policiers !).
    Réaction scandalisée de certains parents : "mais pourquoi le professeur laisse t'il ces ados marcher seuls dans la rue ?"
    Voilà que bientôt ce sera la faute du professeur !
    Cherchez l'erreur...

    Posté par mireille, jeudi 1 novembre 2007 à 09:12
  • j'allais oublier : bonnes vacances à vous !

    Posté par mireille, jeudi 1 novembre 2007 à 09:13

Poster un commentaire