Le quotidien d'un directeur d'école

L'école vue de l'intérieur :les réflexions, au jour le jour, d'un directeur comme les autres dans une école comme les autres.

mercredi 23 janvier 2008

Inspection

Voici venir la saison des inspections pour les (mes?) enseignants débutants deuxième année. T2 en langage administratif. Il ne leur manque plus qu'un matricule!!! Je vois ça d'ici. Un email courriel arrive (tout se passe par internet maintenant):

L'IEN inspectera le T2 7384B le 24/1 à 13 H !

Ca a de l'allure non ?

Auparavant, ils auront vu le ou la CP ( conseiller pédagogique). Une particularité locale semble t-il. Ce ne serait pas la règle commune.

Bien entendu, ils stressent énormément. Une fois pour la visite du conseiller et une deuxième fois pour l'inspection proprement dite. J'ai beau, avec mes collègues plus anciens, les rassurer, les assurer que ce n'est qu'une formalité, rien à faire.

Après tout en y réfléchissant, nous étions pareils au début de notre carrière. La seule différence était que nous ne connaissions pas la date de la visite de l'inspecteur. A l'époque, les inspections étaient des surprises et nous scrutions chaque matin le parking redoutant d'y voir le véhicule du dit inspecteur.

Fou de penser que la seule chose qui n'est pas évolué durant toutes ces années, plus de 35 ans en ce qui me concerne, c'est la forme de l'inspection mis à part le fait que les enseignants sont dorénavant prévenus quelques jours à l'avance.

Le fond reste le même.

Inspection individuelle alors qu'on nous demande de travailler en équipe. Les inspections à plusieurs sont prévues dans les textes mais tellement difficiles à organiser qu'en fait elles ne se pratiquent pratiquement pas.

Evaluation par notation alors qu'on nous demande pour les élèves de remplir des livrets de compétences.

Relativité de la note puisque l'inspecteur(trice) se doit de respecter une fourchette de notation sous peine d'être obligé de fournir un rapport circonstancié auprès de l'inspecteur d'Académie. Pour exemple, nos débutants devront se situer entre 10 et 12. Ce qui laisse peu de champ de manœuvre. 

Pas de prise en compte de l'implication dans l'équipe puisque l'inspectrice(teur) ne s'appuie pas sur l'avis de la dite équipe ou du directeur. Même si cela existe ponctuellement: je peux en témoigner.

Une tranquillité assurée pour quelques années quelque soit le résultat de l'inspection puisque les inspecteurs n'ont matériellement pas le temps de revenir plusieurs fois chaque année mais qu'une fois tous les quatre-cinq ans. Heureusement qu'il existe peu de fumistes parmi nous. ( Aucun chez moi en tout cas).

Une infantilisation des enseignants qui essayent de faire plaisir à l'inspecteur(trice), quelquefois envoient ce jour-là les élèves plus difficiles dans une autre classe, minimisent les problèmes qu'ils rencontrent pour ne pas être mal jugés, se rendent compte subitement qu'ils doivent mettre à jour leur registre d'appel, cahier journal, affichage. Rangent leur classe en chantier depuis le début de l'année. Etc. Etc. Ces observations se basent sur le vécu rencontré depuis pas mal d'années.

Quels système pourrait-on mettre en place?

Il me semble que la seule réponse est celle d'une évaluation de l'équipe  par l'équipe elle-même accompagnée du regard extérieur des conseillers pédagogiques et de l'inspecteur. Cela obligerait là ou cela n'existe pas à vraiment travailler ensemble, à mettre en cohérence le fonctionnement d'une école et à juger le travail de tous et non d'un individu l'un après l'autre.

Cela n'empêcherait pas la visite individuelle mais replacerait celle-ci dans un contexte plus général. Les difficultés d'enseignement d'une classe à l'autre ne sont jamais les mêmes quelque soient les précautions prises lors de la formation de ces classes. Une réunion commune de toute l'équipe avec l'inspecteur et les conseillers permettraient de se mettre d'accord sur un rapport d'inspection concernant toute l'école.

Quelques indicateurs pourraient compléter le dispositif. La différence entre les évaluations faites au cp puis au ce2 et enfin en 6ème en tenant compte de l'évolution de la population concernée à condition que ce ne soit qu'un outil parmi d'autres. La fréquence des accidents, des incidents, des remontées à l'inspection de parents d'élèves mécontents, etc  Il y a certainement beaucoup de choses à inventer.

A condition qu'une réelle volonté de changement émerge. Ce qui  ne semble pas être le cas quand on parle de payer les gens au mérite, de mesurer l'efficacité du travail  personnel et de reconnaître les efforts consentis par chaque individu pris indépendamment.

Pour ceux qui ne l'auraient pas lu, j'avais déjà écrit sur ce sujet le 12 janvier 2006 voir dans les archives. http://danledir.canalblog.com/archives/2006/01/12/1219127.html

Posté par danledir à 15:49 - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires

    grève

    Une inspection un jour de grève ????????

    Je suppose que votre I.E.N fait grève ( lol) .... mais non, ils font depuis longtemps le service minimun..
    Bon courage pour les T2... mauvais moment à passer mais qui passe quand même vite !!!

    Posté par evelyne, jeudi 24 janvier 2008 à 07:53
  • Bonjour. En tant que T2, je me reconnais énormément dans le début du texte. En attendant l'IEN on stresse, on est tout seul, on attend une note qui est attribuée uniquement (ou presque) en fonction de ce qui se passe ce jour-là, et de ce qui se voit (affichages etc.) ce jour-là.
    Et c'est vrai qu'une fois l'inspection passée j'ai entendu "c'est bon maintenant, tu es tranquille pour trois ans".
    100% d'accord avec l'idée que c'est en contradiction avec ce qu'on pratique en classe : observer l'acquisition de compétences au lieu de donner des notes, c'est le bon vieux système compétitif, subjectif et opaque d'évaluer le travail accompli.

    Je ne savais pas que les textes parlaient d'inspections collectives. Il y a des écols où le travail de groupe est important, très soigné, prend du temps. Et dans d'autres écoles c'est chacun chez soi, chacun ses livrets de compétences, et la communication se fait mal (pour diverses raisons).
    Ce serait bien d'évaluer cet aspect du travail.

    Nous, les p'tits nouveaux, on a besoin de travailler en équipe!!

    Posté par titane, jeudi 24 janvier 2008 à 19:13

Poster un commentaire