Le quotidien d'un directeur d'école

L'école vue de l'intérieur :les réflexions, au jour le jour, d'un directeur comme les autres dans une école comme les autres.

samedi 9 février 2008

Familles éclatées

Nous en avons beaucoup de ces familles éclatées, décomposées et recomposées. Beaucoup également de familles monoparentales. Il est rare que cela n'est pas laissé de trace sur leurs gamins.

Généralement, ces enfants sont souvent en opposition avec les règles. C'est sans doutes leur façon à eux de montrer qu'ils supportent mal ces situations.

Quand j'ai commencé à travailler au début des années soixante-dix, cela était très rare. Il semble que ce soit maintenant devenu la norme. Plus d ela moitié de mes élèves sont dans cette situation.

Situation qui peut prendre plusieurs formes. La maman seule abandonnée dès la naissance de son enfant. Les parents séparés ayant refait leur vie mais défait celle de leur progéniture.  Des parents qu ont une garde alternée mais qui se déchirent à chaque fois en prenant leur enfant à témoin. Les mamans qui acceptent que le père de leurs enfants aient deux vies, deux femmes et ne soient présents qu'à mi-temps. Des pères disparus, n'ayant jamais existé ou essayant de récupérer leur enfant pour l'emmener au pays. Des pères existant mais pour qui il est plus important d'emmener leur petit au match de foot que de venir à l'école rencontrer l'enseignant. Des pères en prison pour plus ou moins longtemps.

J'ai heureusement quelques exemples pour lesquels cela se passe plutôt bien. Les enfants sont épanouis et vivent bien cette situation. Il s'agit en général de familles socialement plus favorisées.

En général, nous essayons les collègues et moi, si cela est possible de mobiliser le père autour des enjeux et des réussites scolaires en les impliquant dans le suivi de la scolarité, ça marche plutôt bien si on arrive à toucher une corde sensible: image paternelle remise en cause, fierté blessée, appel à la responsabilité.

Cela peut être quelquefois suivi d'effets spectaculaires quant aux résultats et au comportement de leurs enfants.

Aujourd'hui, ce fut, (pendant nos heures supplémentaires non encore rétribuées), c'est à dire après la sortie, l'accueil d'abord du père puis à sa demande de la mère. Le dialogue ne fut pas très chaleureux. Heureusement, j'avais installé l'enseignant entre la mère et le père, position qui pouvait s'avérer dangereuse mais qui permit de mettre une barrière entre eux. Il fut difficile de ne pas se laisser entraîner sur le chemin de leurs différends pour en rester strictement sur l'étude de ce qu'il convenait de faire pour améliorer les résultats tant scolaires que comportementaux de leur fils. La menace d'un signalement pour enfant en danger éducatif permit de délimiter le problème et de faire accepter par les deux parents la nécessité d'un véritable suivi de leur part et l'invitation à avoir recours à une prise en charge extérieure de type thérapeutique. Il était temps d'arrêter cette partie de ping-pong en se renvoyant mutuellement la faute mais d'agir pour éviter un envenimement de la situation.

Une heure et demie d'échanges pour nous l'espérons un changement dans l'attitude de cet élève. IL faut y croire.

Posté par danledir à 17:37 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    dirlo gère tout

    Pour qui n'a pas vécu de telles situations , cela peut paraître édifiant , mais je peux témoigner de la difficulté que nous rencontrons dans l'exercice de notre profession .
    Certains ont reçu des claques destinées à l'un des parents suivis de menaces en tout genre .
    En effet , on pourrait écrire un livre !

    Posté par ciso, mardi 12 février 2008 à 02:21

Poster un commentaire