Le quotidien d'un directeur d'école

L'école vue de l'intérieur :les réflexions, au jour le jour, d'un directeur comme les autres dans une école comme les autres.

mercredi 20 février 2008

Adopter un enfant juif mort !

( Je sais, il ne l'a pas dit comme cela, mais c'est tout de même une réalité.)

Quelle mouche morbide a donc piqué notre président?

A-t-il vraiment pensé que c'était une bonne idée?

Réfléchit-il quelques secondes avant de proférer ce genre d'inepties?

A-t-il seulement pensé à en parler à des proches -Simone Weil par exemple- pour tester leurs réactions?

A-t-il envisagé que d'autres pouvaient réclamer qu'on s'occupe aussi de leurs victimes? Les familles des Harkis, des Algériens torturés, de nos anciens colonisés, des Vietnamiens qu'on appelait à l'époque Indochinois, des Arméniens, des Rwandais, des Protestants, etc..

Il n'est pas dans mon propos de mettre l'ampleur de la shoah sur le même plan que toutes ces atrocités. Mais justement. Il me semble que son enseignement est est déjà présent dans les programmes et pas seulement de l'école primaire. Age où les enfants sont fragiles, s'identifient facilement. Au moins la lettre de Guy Moquet était proposée à la lecture des lycéens et non aux écoliers.

Il nous faut quitter le compationnel pour entrer dans le domaine de l'histoire. C'est à cette seule exigence que nous formerons des élèves capable d'une part de se rappeler mais d'autre part de réfléchir.

Je fais suffisament confiance à l'intelligence des enseignants pour traiter ce sujet d'une autre manière malgré les injonctions présidentielles.

Notons qu'il est admirable de voir les contorsions diplomatiques de notre ministre pour repeindre les propos tenus et éteindre les incendies allumés à cette occasion.

Si notre président est à court d'inspiration, je lui propose les devoirs de mémoire suivants à proposer dans les prochains dîners qu'il va fréquenter :Avec Nicolat Hulot, il proposerait que les enfants de maternelle adoptent un arbre mort de la forêt brésilienne ou indonésienne que nous détruisons allégrement. Avec Brigitte Bardot, il annoncerait que les élèves de cours préparatoire se verraient confier l'histoire de s'occuper d'un bébé phoque assassiné. Je vous laisse trouver d'autres exemples.

Posté par danledir à 08:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]

Commentaires

    Comme je suis d'accord avec vous , je vois ça comme de la démagogie tout est bon pour attirer le chaland !!!!! à n'importe quel prix.

    Posté par yann, mercredi 20 février 2008 à 13:54

Poster un commentaire